terre 50 degres

Planète : à quoi ressemblera la vie avec 50°C ?

Alors que le réchauffement climatique s’accélère, des chercheurs ont imaginé la vie sur Terre avec 50°C. Et ça ne fait pas rêver !

Alors que le monde se réchauffe, de nombreuses craintes se font entendre. En effet, qu’allons-nous faire si, d’aventure, les températures continuaient à grimper ? Qu’adviendrait-il de nous, mais aussi des autres mammifères, animaux, plantes et végétaux ? Et bien une récente étude dirigée par les chercheurs de l’université de Bristol, en Angleterre, dont les résultats ont été publiés dans Nature Geoscience à la fin de l’année 2023, présente des résultats pas vraiment rassurants ! En effet, lorsqu’il fera environ 50 degrés sur Terre (car nous y allons tout droit), le monde tel qu’on le connaît va évoluer. Premièrement, d’ici là, il est possible que géographiquement, notre planète ne ressemble plus à ce que nous connaissons actuellement, avec notamment la création d’un seul et unique continent.

La chaleur fait que l’écosystème va évoluer et que le chamboulement sera généralisé. On pourrait, par exemple, voir de plus en plus d’éruptions volcaniques survenir ! « Si l’on ajoute à cela les variations tectoniques et géographiques du CO2 atmosphérique et l’effet de continentalité accru pour les supercontinents, la Terre pourrait atteindre un point de basculement qui la rendrait inhabitable pour la vie des mammifères », indique l’étude. Le réchauffement climatique suppose aussi plusieurs extinctions massives. Mais rassurez-vous, tout cela pourrait avoir lieu dans environ 250 millions d’années.

Pour autant, comme le rappelle Eunice Lo, docteur chargé de mener à bien ce projet, tout part de maintenant. Si rien n’est fait à l’échelle mondiale, c’est l’effet boule de neige qui pourrait se produire, avec une accélération encore plus rapide des catastrophes naturelles. « Nous prévoyons une planète inhabitable dans 250 millions d’années. Nous connaissons déjà aujourd’hui des chaleurs extrêmes qui nuisent à la santé humaine. C’est pourquoi il est essentiel de parvenir à des émissions nettes nulles le plus rapidement possible ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *