esport-va-il-devenir-sport-olympique

L’eSport va-t’il devenir un sport comme les autres ?

 L’histoire commence à Rio de Janeiro, durant l’été 2016. Alors que la ville vibre aux sons des hymnes nationaux qui scandent les compétitions officielles des Jeux Olympiques, des « eGames » sont organisés en parallèle. A l’initiative du gouvernement britannique et d’un comité créé pour l’occasion, l’International eGames Commitee (IEGC), les JO brésiliens avaient en effet accueilli les compétitions de jeux vidéo durant deux jours, leur offrant ainsi une immense vitrine de promotion. Il faut dire que le succès des eGames, ou en Français de l’eSport, est tonitruant et connaît une croissance exponentielle. Alors peut-on imaginer que l’eSport intègre un jour les Jeux Olympiques ? Que les fervents adeptes World of Tanks, League of Legends ou Word of Warcraft volent un jour la vedette aux sportifs ? Analyse… 

international-esport

Une discipline qui cartonne

Si  l’histoire de l’eSport commence il y a plus de 20 ans avec l’arrivée du net et sa démocratisation, c’est véritablement au début de la décennie 2010, avec les succès remportés par le monde des jeux vidéo qui devient la première industrie culturelle, qu’il prend l’importance colossale que l’on connaît aujourd’hui. Car l’eSport, ce sont des chiffres impressionnants : 320 millions de téléspectateurs dans le monde pour l’année 2016, 850,000 joueurs occasionnels et plus de 20 millions d’euros de revenus générés rien qu’en France…

Et 2016 fut une année cruciale dans l’hexagone : la fondation d’une eSport Academy, première du genre qui forme notamment des joueurs professionnels ou encore l’adoption en mai dernier du projet de loi « Pour une République Numérique » qui reconnaît notamment l’eSport comme une pratique sportive à part entière et dont les pratiquants ont désormais les mêmes droits que tous les autres sportifs: celui de signer un contrat qui encadre leur travail et les protège.

L’eSport va-t’il intégrer les JO de 2018 ?

Même s’il vient du monde des jeux vidéo, l’eSport se familiarise progressivement avec le monde du sport et remplit désormais des stades de rêve. Ce succès colossal a poussé le géant du web chinois Alibaba, via sa filiale Alisports, à investir dans le cadre d’un partenariat avec le Conseil olympique d’Asie (OCA) pour assurer la présence de l’eSport lors des prochains Jeux Asiatiques, l’équivalent des Jeux Olympiques. La première édition, qui se tiendra en 2018 en Indonésie, devrait à nouveau présenter l’eSport en discipline de démonstration, le temps notamment d’imaginer l’organisation nécessaire et de répondre aux spécialistes qui plaident pour une intégration des jeux en ligne massivement multi-joueurs (MMO), dont World of Warcraft est le plus digne représentant, surtout depuis que le mode joueur contre joueur a été développé en 2007. La popularité de ces jeux est immense et leur compétition féroce ce qui, pour beaucoup, en font les titres d’eSports parfaits. En effet, certains joueurs ont des centaines de milliers d’abonnés sur le service de streaming online Twitch. Quoi qu’il en soit, pour tous, l’ambition est claire : en 2022 en Chine, l’eSport doit devenir un sport officiel.

Pour ce qui est de nos chers Jeux Olympiques, le temps semble encore être à la prudence. Si les éditions prochaines, qui se dérouleront à Pyeonchang en Corée du Sud en 2018 et à Tokyo en 2020, ont affirmé vouloir organiser des compétitions d’eSport couvrant la totalité de leur calendrier olympique, le président du Comité International Olympique Thomas Bach a ainsi déclaré : « Nous ne sommes pas encore en mesure de déterminer si l’eSport est vraiment un sport au regard des critères requis et de l’activité physique que cela implique”.

esport-jeux-olympiques

Malgré la professionnalisation du secteur qui a permis à de plus en plus de gamers pro d’être perçus comme des athlètes, il y a encore une certaine résistance à considérer l’eSport comme un véritable sport. Alors, il n’y a plus qu’un vœu à formuler : que Paris soit sacrée ville d’accueil des JO en 2024 et qu’elle intègre l’eSport comme discipline participante !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *